Une nouvelle contrebasse pendant Jazz à Vienne  N°14

Contrebasse « tribute » épisode 14

Petit feuilleton amoureux sur la création d’une contrebasse à Vienne

Episode 14, le 14 juillet 2016 : Le manche (2) Avec la participation de Philippe LEDUC

Le positionnement du manche par rapport à la caisse est essentiel. Le manche, c’est comme un mat qui tiendrait toute la voilure du bateau. Grâce à lui, on règle le tangage, le gite, et la prise au vent. La prise au vent, c’est la tension des cordes; l’inclinaison du manche par rapport à la table – appelé le renversement – va définir la hauteur du chevalet. Si le chevalet est trop bas, les cordes ne mettront pas assez de pression sur la caisse. Elle ne pourra pas entrer en vibration. Trop de pression, a contrario, bloquerait complètement l’émission du son.
L’axe du manche doit aussi être parfaitement aligné à l’axe de la caisse, faute de quoi il risquerait de subir jour après jour un effort latéral qui, même minime, finirait par fragiliser complètement l’assemblage, à terme.
Enfin, on règle la « poiriette », c’est à dire la légère rotation du manche autour de son axe qui permet de compenser la différence d’épaisseur entre les cordes basses et aigües, pour les mettre à égale distance de la touche. Tous ces réglages font l’objet d’un aller-retour incessant entre montage à blanc et ajustement afin que l’enclavement du talon du manche dans le haut de la caisse soit parfait.
Le manche auquel on a déjà associé la touche d’ébène est ensuite collé à la colle chaude et l’assemblage est maintenu le temps de la prise. Une dernière fois, on vérifie minutieusement son bon positionnement.

Le contrebassiste du jour

Philippe LEDUC

Né à Montréal en 1984, il fait partie du trio Misc et de Klô Pelgag. Il se produit aussi régulièrement sur la scène jazz montréalaise.

Sa contrebasse:

C’est un modèle allemand de fabrication tchèque. Elle date des années 1920. On y a ajouté une rallonge sur la corde de Mi, je ne sais pas quand, et le fameux luthier Mario Lamarre l’a transformée en contrebasse démontable il y a une dizaine d’année. C’est une petite basse qui a beaucoup de coffre pour sa taille. Et je suis très heureux qu’elle puisse me suivre partout où je vais. Elle a traversé l’atlantique 18 fois si mon compte est bon, et elle n’a jamais été endommagée. C’est peut-être ce que nous avons de commun avec les luthiers, nous touchons souvent du bois.

Ses contrebassistes préférés:

Scott Lafaro, Oscar Pettiford, Ray Brown, Avishai Cohen, Jorje Roeder

La formation qu’il vous conseille:

Cécile McLorin Salvant

L’écouter avec Misc

Laisser une réponse