Une nouvelle contrebasse pendant Jazz à Vienne N°13

Contrebasse « tribute » épisode 13

Petit feuilleton amoureux sur la création d’une contrebasse à Vienne

Episode 13, le 13 juillet 2016 : Le manche Avec la participation de Héliodore PERROT

Le manche est taillé dans de l’érable débité sur « quartier », c’est à dire en rayonnant dans l’axe du tronc. Ce débit particulier, rarement utilisé – il est bien plus simple de débiter sur « dosse », toujours dans le même sens – offre la meilleure stabilité puisque les forces des couches du bois sont toujours orientées dans le même sens. Pour une pièce de bois qui va subir l’énorme tension des cordes, c’est une composante primordiale!
La pièce va d’abord être chantournée à la scie à ruban. On peut lui distinguer trois parties: le talon qui viendra d’encastrer dans la structure de la caisse, le manche proprement dit qui recevra la touche en ébène, et la tête sur laquelle s’accrocheront les cordes. Sur la tête, les percements pour le passage des mécanismes sont fait de suite à la colonne, tant que la forme permet un usinage stable.

On réalise ensuite la mortaise centrale qui permet le passage des cordes. La tête est ensuite sculptée à la gouge, puis fini aux racloirs pour obtenir la forme galbée finale. On peut noter ici le dessin particulier de la tête, sans volute, afin de minimiser la longueur de l’instrument, toujours de un souci de transport. Le manche est laissé volontairement plus large qu’en final, afin de pouvoir l’ajuster à la touche. Cet ajustage ne peut se faire qu’une fois le manche monté à blanc, pour que l’axe de l’ensemble soit parfait. 

Le contrebassiste du jour

Héliodore PERROT

Né à Lyon en 2000 (16 ans!), d’une mère artiste peintre et d’un père musicien, il leur doit ce prénom prédestiné, tiré de la mythologie grecque: Héliodore, le Don du Soleil. « J’adorais les instruments graves, le tuba et la contrebasse, pour le son et pour la forme de l’instrument. » Il commence donc la contrebasse à 4 ans et l’étudie depuis en classique comme en jazz. En 2011, il forme avec cinq autres adolescents et sous la houlette de son père le Keystone Junior Sextet, en référence au club Lyonnais de la Clé de Voûte qui sert aussi de repère au fameux Amazing Keystone Big Band. Il joue aussi avec son frère Cléobule dans un quartet. Etrangement, il se destine à un métier artistique…

Sa contrebasse:

C’est un instrument fabriqué en Europe de l’Est. Elle vient d’un musicien de l’ONL, Daniel Billon, avec qui il a fait un stage. Au fond plat et aux épaules très larges elle développe beaucoup de son, avec une grande résonnance, un son clair et plein, ce qui permet beaucoup de phrasé, entre autre au travail à l’archet en classique.

Ses contrebassistes préférés:

Christian McBride, Ray Brown, Paul Chambers

La formation qu’il vous conseille:

Le trio de Chris McBride

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *